LA PROTHÈSE TOTALE DE GENOU

Gonarthrose évoluée , indication de PTG

PTG, radio de face  .

PTG, HLS , labo Tornier

résultat à. 10 ans .

PTG, HLS , labo Tornier

résultat à. 10 ans .

PTG de profil ,

HLS, Tornier

Prothèse rotulienne

Les prothèses totales du genou. (PTG): sont proposées pour le traitement de l'arthrose sévère  du genou (tricompartimentale) , où de 2 compartiments du genou (bicompartimentale, par exemple interne et rotule), ou d'un seul compartiment dans des situations particulières (surcharge pondérale importante, grande déviation de l'axe du membre inférieur).

 

Elles comportent plusieurs composant:

une prothèse fémorale qui remplace les surfaces articulaires du fémur.

une prothèse tibiale qui remplace les surfaces articulaires du tibia.

une prothèse rotulienne qui remplace la surface articulaire de la rotule (ce remplacement du cartilage de la rotule n'est pas constant)

 

Ce sont des interventions plus lourdes pour le patient qu'une ostéotomie ou qu'une prothèse unicompartimentale, mais elles s'adressent à des arthroses plus évoluées.

Après l'intervention l'appui est le plus souvent autorisé totalement. Il faut faire beaucoup de rééducation pour retrouver une flexion suffisante du genou qui est en moyenne de 110 à 120° selon les prothèses.

 

L'hospitalisation à la clinique est de l'ordre de 2 jours après l'intervention, voir moins, avec quelquefois une chirurgie réalisée en ambulatoire , on essaye le plus possible de faire un retour à  domicile , plutôt qu'en centre de rééducation.

 

Les prothèses du genou ont une longévité  qui est bonne et peu d'usure de la prothèse ; avec à 20 ans après la pose de la prothèses 95% environ des prothèses encore en place. Mais dans 10 % des cas il reste des douleurs au niveau du genou. 

- il existe plusieurs types de prothèses de genou pour faire face à. toutes les situations que l'on rencontre : 

- des prothèses peu contraintes sur les arthroses simples 

- des prothèses plus contraintes si la déformation du genou est très importantes 

- des prothèses à charnières si les ligaments latéraux sont lésés. 

Plus la déformation en varus ou valgus est importantes avant l'intervention ,plus la prothèse est difficile à. faire . C'est dans ces grandes déformations , ou lorsque les ligaments sont très ailés , que l'on doit mettre des prothèses un peu plus contraintes.

La technique chirurgicale consiste a remplacer le cartilage du genou par une prothèse tibiale, une prothèse fémorale , un protheses rotulienne.

On cherche à. corriger l'excès de déformation du genou pour le réaligner assez près d'un axe droit entre le fémur et le tibia . 

 

 

Dans les premières semaines qui suivent l'intervention:

 

- Il faut vérifier l'absence de problème de cicatrisation. Le genou est une articulation assez superficielle et après une prothèse il existe une inflammation de la peau et des tissus profonds qui peuvent avoir des conséquences sur la cicatrisation. En cas de souffrance de la peau il est impératif de revenir voir votre chirurgien, même si vous êtes hospitalisé en centre de rééducation.

En effet il faut quelquefois réexciser la peau qui a souffert et refermer en peau saine, ce qui est réalisé au bloc opératoire.  Sinon le risque est qu'il se produise un creusement progressif de la désunion pouvant conduire à une infection de la prothèse par contamination de la surface vers la profondeur.

 

- Il faut effectuer une rééducation des mobilités de l'articulation: La rééducation d'une prothèse de genou est plus difficile pour le patient qu'une prothèse de hanche. Il est important de rééduquer les mobilités , à la fois en flexion et en extension. La rééducation est souvent effectuée en centre de rééducation. En cas de raideur il faut quelquefois faire des "mobilisation sous anesthésie générale", pour supprimer les adhérences qui se sont constituées après l'intervention.

 

- Il faut se méfier de l'apparition d'une phlébite: la phlébite est la coagulation du sang dans une veine du membre inférieur. Le danger d'une phlébite est la migration du caillot de sang dans les poumons: c'est l'embolie pulmonaire. Après une prothèse de genou le risque de phlébite est très important. On le prévient en mobilisant rapidement le membre, en donnant de façon systématique des piqûres d'anticoagulants (par exemple Lovenox), en mettant des bas de contention ou des bandes à varices.  Le signe clinique de la phlébite est surtout une douleur dans le mollet. Le diagnostic est fait par le doppler.

 

 

A distance de l'intervention:

 

La surveillance d'une prothèse est important pour vérifier l'absence de problème lié à la prothèse. En général nous proposons des consultations de contrôle rapprochées les premiers mois (1 mois, 3 mois), puis contrôle 1 an après l'intervention .

 

Lors de ces contrôles, une radiographie est réalisée. On recherche des signes d'usure et de descellement de la prothèse.

 

Les prothèses totales de genou présentent peu d'usure. 95% des prothèses sont encore en place 20 ans après l'intervention. Les prothèses unicompartimentales ont plus d'usure, ainsi que l'usure au niveau des autres compartiments du genou qui eux n'ont pas été remplacés par une prothèse.

 

En cas d'usure il se produit une lyse au niveau de l'os , soit au fémur , soit au tibia. Ceci peut nécessiter une reprise chirurgicale pour une reprise de prothèse de genou: c'est le changement de prothèse de genou, intervention très délicate.

En cas de changement de prothèse de genou , il faut le plus souvent implanter des tiges plus longues au niveau du tibia et du fémur. Cette intervention est difficile et les complications sont plus importantes.

 

Prothèse genou  Amplitude 

Prothèse Charnière  pour grand valgus à. 95 ans 

PTG MEDIAL PIVOT

Descellement d'une Prothèse genou par récidive d'une déformation en varus , nécessite une reprise de prothèse totale 

Arthrose considérable du genou avec grande déformation, pose d'une prothèse plus contrainte  avec des quilles tibiales et fémorales

Grande déformation de 20° de varus , avec le contrôle d'un genou bien aligné.

contactez nous par mail